Construction transfrontalière

L'agglomération du Grand Genève, c'est d'abord une réalité quotidienne. Les habitants la vivent dans leurs déplacements, leur vie professionnelle, leurs choix d'habitation, leurs pratiques culturelles et sportives. Sur tous ces aspects, le développement de la métropole genevoise impacte l'ensemble des territoires voisins : le District de Nyon, le Pays de Gex, le Bassin Bellegardien, le Genevois haut-savoyard, l'agglomération annemassienne, le Bas-Chablais et la vallée de l’Arve. 

L'Histoire d'un bassin de vie 

Ce bouillonnement, plus intense depuis quelques décennies, confirme la vitalité historique d'un bassin de vie. La frontière qui sépare les deux pays n'est pas naturelle, mais uniquement administrative : par le passé, elle a joué un rôle de lieu de passage et d'échanges humains, culturels et économiques, favorisé le brassage au lieu de séparer les populations.

Une agglomération transfrontalière

Aujourd'hui, l'engagement fort des collectivités dans le Projet d'agglomération doit offrir un cadre et un avenir commun à ce bouillonnement humain, urbain et économique. C'est la confirmation d'une approche de la frontière envisagée comme une ressource et non comme un handicap. Grâce à la coopération transfrontalière, le territoire peut devenir un lieu positif, support de projets associant des hommes, des savoir-faire, des dynamiques et des moyens. 

Le respect de la diversité

Pour autant, cette construction transfrontalière respecte les différences culturelles, légales, administratives, etc. Le projet collectif reconnaît et garantie la diversité des systèmes et des territoires qui y contribuent. Dans ce contexte s'inventent une nouvelle gouvernance et de nouvelles réponses aux besoins des habitants, posées par la croissance urbaine.  Ce destin particulier de l'agglomération transfrontalière est emblématique de la ville européenne du 21e siècle et de son développement futur.